Entreprendre en 2017

Lorsque vous avez un projet et que vous décidez d’entreprendre, les premières personnes vers qui vous vous tournez pour bénéficier d’un appui financier sont généralement vos proches: vos parents, les tantes, les oncles, frères, beaux-frères, cousins, cousines …

Parce qu’en réalité, ceux qui sont en mesure de vous appuyer, ces entreprises nanties qui rivalisent de créativité en concours et compétitions de tout genre, celles-là qui jugeront votre projet « fort intéressant » mais refuseront toutefois de vous soutenir…

Tantôt parce qu’elles pensent que vous n’êtes pas en mesure de porter un projet, tantôt parce que votre projet est trop simple ou trop utopiste pour être concrétisé.

Voyons ! Comment pourriez-vous réussir là où personne auparavant ne s’était aventuré à poser les pieds ? Voilà ce qu’ils se disent dans leur têteJ. Certains iront quand même dans une mauvaise foi sans commune mesure, jusqu’à vous demander de patienter, d’attendre encore et encore, tout en sachant qu’ils ne vont jamais vous appuyer.

Mais c’est à ce moment-là que votre vie toute entière prend du sens ! Ce moment fatidique où vous vous décidez à y aller, à entreprendre vaille que vaille pour que vos initiatives se concrétisent.

Vous devenez un ENTREPRENEUR !

Mettons de côté les cours théoriques appris dans les grandes écoles et concentrons-nous sur votre vision, cet instant ultime où vous prenez la décision, avec rien de plus que votre motivation, votre engagement, votre abnégation face aux sacrifices et votre persévérance.

Y aurait-il plus tragique, que de sacrifier un talent au nom d’un salaire. De se délecter du confort de recevoir chaque mois le fruit de son labeur, au gré d’un patron qui vous déteste, et quitte à le haïr de toutes vos forces… tant que vous ne vous inquiétez que pour vous et votre famille. Et si vous veniez à mourir brusquement ? Lequel de vos enfants hériterait de votre salaire ? Et comme le disait un homme religieux d’une grande sagesse « Gatt wërsëk weesuwuul weerbi dee nga xam lingay jott » – comprenez : « Manque d’ambition ne saurait être pire que d’espérer chaque mois percevoir un salaire ».

Lorsque le sang de l’entrepreneuriat vous coule dans les veines, vous êtes en perpétuelle quête, à la recherche de défis, incessamment à l’affût d’opportunités…

Vous vous battez tous les jours pour :

-accroitre votre chiffre d’affaires chaque mois, pas de gain fixe, mais vous avez votre propre horaire. Vous êtes au pas de course pour sans cesse évoluer.

– ne pas attendre que l’on vote un budget à vous allouer bon gré, mal gré. Vous vous battez pour préparer le budget de l’année à venir, tout en veillant sur vos collaborateurs ou vos employés

– vous suffire tout simplement.

Pourquoi conduire une voiture qui appartient à l’Etat si vous pouvez travailler assez dur pour acheter la vôtre ? Mieux, le plus bel effort de guerre, est celui de voir ceux et celles avec qui vous avez galéré, se satisfaire d’un bien durement acquis, à la sueur de leur front.

-Apprendre et partager le peu que vous savez. Au diable les fonctions puériles ou derrière un bureau, et la plupart du temps sur Facebook, vous baignez votre frustration, parce que n’ayant autre recours que de désapprendre jour après jour, les mêmes procédés, les mêmes taches, la monotonie au sens pur !

– Travailler 24H/24 parce que justement, en bon entrepreneur, 24 heures ne vous suffisent plus d’ailleurs ! 7j/7, semaine après semaine vous vous battez au-delà de votre propre vision, pour celle de ceux et celles qui croient en vous, au nom d’un changement pour la communauté entière, si vous êtes un entrepreneur social.

Mais vous chers collègues, vous avez compris. Vous avez choisi de rejoindre le champ de guerre et d’être des gladiateurs en costard, sans aucune autre arme que votre volonté d’aspirer à mieux. Ce que la plupart des personnes qui vous entourent n’osent pas faire. Pire, à leurs yeux, vous êtes des martyrs, d’insignifiants frustrés à la quête d’un eldorado, des personnes obstinées qui se refusent au joug d’un manager ou d’un « Boss ».

A nos yeux, vous êtes une élite, une copie exemplaire à dupliquer à tout prix. Le futur d’une Nation qui se veut souveraine parce que prenant elle-même les décisions propres à son développement.

Et mon utopie à moi, c’est celle d’un monde où chacun entreprendrait, où personne ne se suffirait d’un salaire pour le plaisir de recevoir une garantie financière ou sociale, personne ne travaillerait plus pour le gain purement et simplement. Mon utopie à moi est de voir différentes entreprises émerger et fusionner au nom de la satisfaction des besoins de la communauté. Et parce que je sais qu’il ne s’agit que d’une utopie, je m’arme de patience, puisqu’il faudra encore des années et des années, pour que mon rêve devienne réalité. Mais je suis tout de même confiant et me réjouis de voir que vous, que nous, sommes en avance sur notre temps.

Des fusions telles que Waalu ma Agri+ Bayseddo + Cooperactive= BIO-AGRIPOLES. Et si toute la jeunesse africaine pensait en synergie, nous pourrions enfin vivre une Afrique Unie de manière concrète, au-delà d’une « Union Africaine » qui ne se limite qu’à une Institution.

Nous sommes sur le bon chemin, celui d’une année 2017 que je souhaite être une année de succès et de réussite pour chaque membre de ce groupe.

Restons et demeurons cette famille d’utopistes, de rêveurs qui comme des illuminés s’accrochent a vouloir changer l’Afrique. Un jour, ils comprendront qu’en réalité au-delà de l’Intellect, la valeur, la vraie, se trouve dans la faculté de tout un chacun de révéler cette parcelle de créativité qui sommeille en nous.